La television 21

La BAD à travers le Fond pour l’énergie durable pour l’Afrique et d’autres partenaires échangent sur le développement du marché du mini-réseau en Guinée

La Banque africaine de développement à travers le Fond pour l’énergie durable pour l’Afrique et d’autres partenaires échangent sur le développement du marché du mini-réseau vert en Guinée Abidjan, Côte d’Ivoire, 03 août 2020 – La Banque africaine de développement à travers le Fond pour l’énergie durable pour l’Afrique (SEFA) a organisé, le 22 juillet dernier à Conakry, un webinaire autour du rapport d’évaluation du marché de mini-réseau verts en Guinée, réalisé par le cabinet Carbon Trust dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de développement du marché des mini-réseaux verts (PDM MRV).

Ce webinaire auquel environ 100 participants notamment des autorités gouvernementales, des partenaires au développement, le secteur privé, la société civile nationale et régionale s’intéressant à l’électrification hors réseau ont pris part, a été animé par la Banque africaine de développement, le gouvernement de la République de Guinée à travers la ministre de l’Énergie Bountouraby Yattara et l’Agence guinéenne pour l’électrification rurale (AGER) soutenue par l’assistance technique de la Banque mondiale. Le Fond pour l’énergie durable pour l’Afrique (SEFA), un fonds fiduciaire administré par la Banque africaine de développement qui finance le Programme de développement du marché des mini-réseaux verts (PDM MRV) a activement pris part à la rencontre.

Le PDM MRV vise à stimuler les partenariats et les actions en capitalisant sur les opportunités et en surmontant les obstacles identifiés dans le secteur de l’électrification rurale, tout en mobilisant l’expertise et les ressources publiques, privées, et de la société civile. Le webinaire était axé sur la présentation des conclusions et recommandations de l’évaluation du marché des mini-réseaux verts à base d’énergie solaire en Guinée. Les discussions ont également porté sur les opportunités et les défis pour le développement de mini-réseaux verts dans le pays. S’exprimant à l’issue de la présentation du rapport, la ministre de l’Energie, Bountouraby Yattara, s’est félicité du soutien de la Banque africaine de développement au secteur de l’électricité en Guinée et souligné l’importance de « l’électrification rurale, comme étant au cœur du développement socioéconomique bien au-delà du seul secteur énergétique ».

Bountouraby Yattara a indiqué que le gouvernement veillera à ce que la nouvelle loi cadre sur l’électricité en préparation pose les bases d’un cadre réglementaire cohérent et attractif pour le développement des mini-réseaux verts en Guinée. Le représentant de la Banque africaine de développement en Guinée, Léandre Bassolé, a loué les efforts de SEFA dans la recherche continuelle de synergies et de partenariats stratégiques avec les autres parties prenantes, notamment la Banque mondiale, l’Union européenne, la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), le Fond vert pour le climat, le Fond africain de développement et l’Agence française de développement (AFD), pour la mobilisation des ressources nécessaires pour le développement des mini-réseaux verts en Guinée.

Le rapport montre qu’un cadre réglementaire propice pour les mini-réseaux verts pourrait faciliter l’accès à l’électricité à environ six millions de personnes en Guinée, actuellement privées de courant qui seraient mieux servies par les mini-réseaux. Emmanuel Boujieka, au nom de SEFA, a rappelé que l’assistance technique de SEFA au gouvernement de Guinée a été élaborée autour de cinq composantes dont l’une porte sur l’amélioration du cadre réglementaire du pays en cohérence avec toutes les recommandations du rapport de Carbon Trust, notamment les questions relatives au mécanisme de détermination et de validation du tarif, et aux directives relatives à l’arrivée du réseau d’Electricité de Guinée (EDG) vers les concessions de mini-réseaux verts.

Il est important de mobiliser l’attention des équipes de l’AGER, d’EDG et de l’Autorité de régulation du secteur de l’eau et de l’électricité (ARSEE) sur ces questions comme bien d’autres, a dit Emmanuel Boujieka. Il a notamment déclaré que « capitaliser sur les synergies avec les autres partenaires techniques et financiers est essentiel, tandis que le travail de coordination des différentes interventions est la clé du succès de toutes ces initiatives pour le développement des mini-réseaux verts ».

Pour accéder au rapport, veuillez cliquer sur : helpdesk des mini-réseaux verts Contact médias : Romaric Ollo HIEN|Département de la communication et des relations extérieures | Banque africaine de développement | Email : O.HIEN@afdb.org

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.