Take a fresh look at your lifestyle.

Guinée : des manifestations politiques à 48 heures du double scrutin

1 152

A 48 heures du double scrutin du 22 mars 2020, la tension monte d’un cran. Il est 8 heures, une heure de pointe, c’est la panique et la confusion au rond-point de Bambéto. Nombre de détenteurs d’engins sont contraints de rebrousser chemin. La route le prince est barricadée par des partisans du FNDC qui ont juré d’empêcher à tout prix la tenue des élections du dimanche. Il en est de même à Nongo où une manifestation d’un groupe de femmes du FNDC a été vite étouffée par la police ce vendredi 20 mars 2020.

« Aujourd’hui les femmes de Nongo, nous ont invité de venir les épauler parce qu’elles voulaient exprimer leur ras-le-bol, elles voulaient s’adresser à l’opinion nationale et internationale qu’elles sont contre ces élections et elles ne vont pas le permettre. Donc, elles ont fait appel à toutes les femmes de Kaporo et de Nongo de sortir dire que qui qu’on que s’hasardera à accueillir un bureau de vote chez lui, qu’elles vont aller saccager là-bas », a prévenu Aicha Barry, membre du FNDC.

Par endroit la police anti-émeute tente de libérer la circulation bloquée très tôt ce matin par certains manifestants en colère. A Nongo, malgré la mobilisation des forces de l’ordre, les femmes du FNDC promettent de poursuivre la lutte jusqu’à l’annulation du projet de nouvelle constitution cher à Alpha Condé.

« Elles sont sortis massivement au carrefour de Cosa. Elles ont été dispersées par les forces de sécurité. Elles sont parties au marché de Kaporo, là-bas aussi, elles ont été dispersées. Les élections n’auront pas lieu. Ces femmes vont s’ajouter aux dignes fils de la Guinée pour barrer la route à ces commanditaires. Il n’y aura pas un troisième mandat », a-t-elle martelé.

Pour l’heure, plusieurs organisations non gouvernementales locales, des observateurs sous régionaux et internationaux n’ont pas déployés des équipes pour ce scrutin largement contesté par la classe politique guinéenne. Le coronavirus s’invite dans cette crise, une raison de plus pour l’opposition qui dénonce également des élections à haut risque sanitaire.

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.