Take a fresh look at your lifestyle.

Exode rural, chômage, insécurité, le pouvoir devrait sonner la mobilisation générale !

17

Situation préoccupante, l’insécurité et le chômage sont devenus endémiques. Ces maux touchent tous les Guinéens, et n’ont plus de frontières. La côte d’alerte est dépassée. Plaies de la société guinéenne, violences, chômage et insécurité consécutifs à l’exode rural devraient être les principales préoccupations du gouvernement et des états-majors politiques car il ne se passe pas une seule manifestation politique quand la foule prend possession des artères sans qu’il n’y ait mort d’hommes, cette situation interpelle aussi bien les manifestants que les forces de l’ordre qui souvent sont mal formées à la gestion de foules plus ou moins hostiles !!

Déplorant, que la sécurité des biens et des personnes ne sont pas garantie partout, certains responsables politiques déplorent que les violences font tâche d’huile, que cela vient même des organisations de ‘’marches dites pacifiques’’ !

Nous pensons quant à nous que la côte d’alerte a été atteinte depuis longtemps ! L’équation a deux inconnus que sont l’exode rural, le chômage, aboutissent à une société qui n’a plus de repères engendrant l’anarchie et les violences de tous ordres.

L’Etat semble désemparé devant ce phénomène de violences récurent à chaque manifestation de rue, qu’elle soit politique ou syndicale, tout est bon pour que les délits de voie publique dans lesquels, les mineurs tiennent une place croissante perdurent.

 Nous suggérons des réponses fortes pour y faire face. Les récentes scènes de violence à Conakry sur l’axe Bambeto-Cosa en particulier au cours desquelles ont été incendiées des stations-service devraient provoquer un électro choc. Ces situations devraient achever de les convaincre de l’urgence d’un virage spectaculaire.

Sans négliger l’impérieuse nécessité de traiter en profondeur les multiples factures de rupture du lien social : l’exode rural, le chômage, la ghettoïsation de certains quartiers, l’exclusion, l’échec scolaire, le gouvernement devrait mettre un accent sur la loi ! L’Etat d’urgence devrait être partagé par tous les citoyens convaincus par l’exemple américain de ne laisser aucun trouble à l’ordre public impuni.

Le pouvoir aussi bien, l’opposition devraient ensemble faire preuve d’une très grande fermeté pour réprimer les agissements de bandes composées d’éléments violents et multirécidivistes qui alimentent à partir de trafics une véritable économie souterraine.

 L’exode rural on n’en parle pas en Guinée, ou très peu ! Mais c’est là tout le mal des grandes villes. Dès lors qu’une poignée d’individus fussent-ils en arrivent à pourrir la vie d’une cité, il faut extirper le ver du fruit faute de quoi toute l’action d’insertion et de lutte contre l’insécurité est vouée à l’échec.

L’analyse globale de la violence et de l’insécurité menée par la police et la gendarmerie confirme leur expansion et leur banalisation et révèle la gravité croissante du comportement de plus en plus agressif des délinquants avec un accroissement des phénomènes de bandes doublé d’une augmentation préoccupante de nombre de mineurs…… en cause.

Jour après jour, les rapports de police témoignent de la ‘’banalisation’’ de la violence. Pas moins de 30 policiers gendarmes ont été blessés, parfois victimes de véritables guet-apens. Elus, enseignants, médecins, tout ce qui incarne une autorité fait partie des cibles potentiels des fauteurs de troubles organisés.

 Sans oublier naturellement les petits commerçants, visés par des comportements prédateurs. A quoi s’ajoutent les violences contre les femmes frappées ou violées, les personnes âgées délestées les élèves et collégiens rackettés.

Autant d’actes qui alimentent un sentiment d’insécurité croissant. Une réalité en demi-teinte si on ne prend pas en compte les incivilités, insultes, bousculades, menaces propres à déstabiliser les personnes les plus fragiles.

Dans tout ce fatras, où est la police de proximité ? Cette section a été si longtemps vantée que nous nous demandons quelle sera son efficacité !

Le chantier de la sécurité et de l’impunité si vaste ne pourra être couronné de succès que par l’investissement de tous les partenaires concernés, bien au-delà des seules forces de répression.

Samba Touré

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.