Take a fresh look at your lifestyle.

Le Bipartisme, une panacée pour la démocratie représentative ? Sixième partie

18

Introduction

 On définit un parti politique comme «  un groupe social sollicitant le soutien de la population en vue de la conquête et de l’exercice direct du pouvoir et organisé dans le temps et dans l’espace de sorte qu’il dépasse l’influence personnelle de ses dirigeants. »[1]

En régime démocratique, l’on s’intéresse aussi bien à l’existence d’un tel parti qu’à ses rapports à d’autres partis. C’est cette coexistence des partis que l’on appelle le système de partis. Précisons qu’il y a système quand il y a au moins deux partis. C’est du coup affirmer que le monopartisme constitue un régime politique sui generis.

Parmi ces systèmes de partis, il en est un, le moindre, qui passe souvent sous silence. Il n’est  cité parfois que pour illustrer tel ou tel aspect étudié. C’est le bipartisme. En quoi consiste-t-il ? Comment peut-on le définir ? Pourquoi avons-nous choisi de lui consacrer aujourd’hui une étude quasi exhaustive ? Que représente-t-il dans le domaine politique contemporain? Serait-il le remède miracle au malaise actuel  de la démocratie représentative ?

Telles sont, entre autres, des interrogations qui viennent spontanément à l’esprit quand on parle du bipartisme.

En effet, ce système de partis longtemps méconnu en tant que système autonome, semble désormais prendre sa revanche. Il a réussi un magistral coup de force pour émerger parmi les autres formes de partis et occuper une place si importante que maints politologues lui accordent dorénavant toute l’attention requise.

Serait-il désormais la nouvelle panacée de la démocratie moderne ? Par sa simplicité, son adéquation apparente par rapport aux choses de la vie tout court, la relative commodité de sa mise en œuvre, il connaît un essor si fulgurant que de nombreux regards se tournent vers lui avec l’espoir de découvrir en lui un nouveau paramètre appelé à redonner à la démocratie représentative en régression, sinon son aura d’autrefois, du moins une vertu renouvelée. A un moment précisément où ce modèle démocratique en a le plus grand besoin.

L’engouement déclenché par le bipartisme à travers le monde se manifeste surtout dans les pays en développement. Mais pas exclusivement. Les pays fondateurs de la démocratie moderne ne sont plus indifférents à ce système de parti.

Le succès du bipartisme dans les pays fondateurs de la démocratie ainsi que dans des pays qui s’ouvrent à peine à la démocratie a donc fini par susciter un grand intérêt chez un grand nombre de pays du monde.

Dans la recherche de voie politique appropriée à sa situation, la Guinée se doit, à son tour, d’accorder une attention particulière au système bipartisan. Tout pousse à croire, dans sa situation actuelle, que ses chances de réussite dans l’instauration d’un système de parti performant résident principalement dans le choix du bipartisme.

Qu’est-ce qui fonde ce sentiment ? Comment peut-on parvenir à ce choix ? Le bipartisme serait-il devenu cette donnée nouvelle pouvant relancer le débat sur un modèle démocratique rudement remise en question par l’avènement de la mondialisation ? Quel avenir peut-on lui réserver ? Cette série de questions interpelle en toute priorité les pays émergents comme la République de Guinée, dans la recherche d’un système politique convenable. Mais d’abord que signifie ce concept à succès ? C’est autour de ces interrogations que nous construirons cette réflexion relative au bipartisme.

Celui-ci apparaît à première vue, comme un système de parti dont on parle peu, auquel on consacre peu d’attention, sans doute parce qu’il n’existe pas à l’état pur. Il en est ainsi aussi, peut-être, parce que de nombreux auteurs et acteurs politiques s’en méfient à cause de sa proximité avec le monopartisme si durement décrié depuis si longtemps.

Il demeure que dans les faits, le bipartisme existe bel et bien et connaît de jour en jour, un essor indéniable en constante progression. Il apparaît de plus en plus alors comme la résultante positive à la fois d’un multipartisme inefficient et d’un monopartisme bien souvent stérilisant.

En cette ère où la démocratie représentative est de plus en plus contestée, force est donc de prêter une attention plus soutenue au bipartisme, de lui consacrer une analyse plus approfondie en pensant principalement aux pays émergents, comme la Guinée, qui recherchent un modèle démocratique de leur convenance.

Dans cette optique, il importe de se pencher sur ce système largement pratiqué dans le monde sans pour autant avoir encore donné lieu à une doctrine spécifique bien établie. Pour ce faire, nous nous attarderons respectivement sur la définition, l’origine, les fondements, la mise en œuvre, l’essor actuel et le devenir du bipartisme. De quoi s’agit-il en réalité ?

‘’ à suivre’’….

Djibril Kassomba CAMARA

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.