Take a fresh look at your lifestyle.

Incertitudes et anxiété en Guinée

31

L’année 2020 est arrivée avec son cortège d’incertitudes. Rien n’est à ce jour, fait pour calmer les esprits et les cœurs en Guinée. 2020 est une année électorale, une année qui sous tous les cieux est synonyme de déstabilisations et de rancœurs des uns vis-à-vis des autres ! En Guinée cette année est exacerbée par une stupidité de ‘’Troisième mandat’’ pour Alpha CONDE qui est en principe à son deuxième et dernier mandat.

Incertitudes également du coté de la communauté internationale qui a l’air de prêcher dans le désert. Aucun raisonnement, aucune analyse de sommités des quatre coins du monde ne peuvent apparemment pas faire fléchir Alpha CONDE dans sa démarché de changement constitutionnel et glisser vers un ‘’Troisième mandat’’. Nous avons eu des visites mémorables, comme celle des deux anciens chefs d’Etat du Bénin et du Nigéria, qui sont repartis inquiets quant à l’avenir de notre pays.

Ainsi, le ‘’Club des Républiques bananières’’ d’Afrique continuera de grandir. Nous pensions que l’Afrique en avait fini avec des bouffons comme Idi Amin DADA et autre Bokassa Premier, qui ont comme on le dit en Eburnie chez Nana Houphouët ont ‘’versé la figure de l’Afrique par terre’’ !

En ce début d’année où dans les bonnes sociétés humaines, les hommes et les femmes se congratulent mutuellement et se souhaitent les bons vœux, l’atmosphère est devenue en quelques jours anxiogène en Guinée. De violentes manfestations de rues sont programmées dans les camps opposés à l’idée d’un ‘’Troisième mandat’’, chacun fourbit ses armes, à commencer par le pouvoir lui-même. Il y a un an Alpha CONDE n’a-t-il pas appeler ses partisans à se préparer à l’affrontement ?

Le Président de la République en Guinée est-il chef d’une entité, d’un clan ? Nous voudrions le savoir. Faudrait-il rappellera à Alpha CONDE que le sacerdoce de Président de la République est une valeur qu’il ne faut pas salir en jouant avec sa propre dignité.

La comédie des manifestations pour un ‘’Troisième mandat’’ et des contre-manifestations a vécu. Le disque est rayé. Il faudrait changer de registre et faire face courageusement aux vrais problèmes de développement de notre pays. Sinon, le chaos tant redouté n’est pas loin. Les Guinéens se souviennent comme si c’était hier des massacres de janvier 2007 au plus fort de la contestation contre  le Général Lansana CONTE, qui en fin de compte accepta les exigences d’un peuple résolu et déterminé pour alléger ses souffrances.

L’affrontement FNDC-pouvoir est d’un ridicule achevé. En ce début de la deuxième semaine de 2020, des saltimbanques transportés à coups de millions de francs guinéens à Kindia veulent prouver leur attachement indéfectible à un pouvoir finissant, tandis qu’a Conakry les autres font une démonstration de force en lançant un ultimatum pour la fin de recréation.

Samba TOURE

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.