La television 21

Editorial de fin d’année………

Une année finit, une année commence. Durant les 365 jours passés, la Guinée a fait l’objet de nombreuses attentions tant sur le plan national, qu’international. Nous retiendrons dans l’ensemble les actes qui ont qualifié l’existence des Guinéens.

De nombreux projets ont vu le jour mais très peu ont ajouté à la qualité de vie de nos compatriotes. En prenant pour exemple les infrastructures comme la problématique de l’électricité, domaine majeur pour tout pays qui se projette dans un avenir de progrès. Le slogan, ‘’le progrès en marche’’ qui est placardé sur les grandes artères de Conakry et d’ailleurs n’aura un sens réel que si en dépit des critiques de l’opposition la fourniture du courant domestique est assurée sans discontinuer pendant 48 heures sans interruption sur tout le réseau de la compagnie d’électricité nationale.

Ce qui n’est nullement le cas dés que la saison des pluies s’arrête. Alors on se pose des questions qui restent pour le moment sans réponses. Le pouvoir a mis dans la tête des Guinéens, qu’il a la solution à cette situation qui se répète à la fin de chaque saison des pluies. Où sont passés les 2 milliards de dollars uniquement obtenus pour résoudre ce problème ? Certes des chantiers titanesques ont été lancés dans le secret espoir d’en finir avec l’obscurité ambiante dans laquelle baigne depuis, notre pays qui le projettera dans le 21ème Siècle.

 Kaléta, Garafiri, sortis de terre depuis quelques années sont fonctionnels, mais le problème demeure entier. Les habitants de Conakry et des villes satellites de Dubréka, de Coyah et de Forécariah ont renoué avec les délestages intempestifs. Tout le peuple attend la fin du chantier de Souapiti. Peut-être que le salut viendra de là. Espérons.

Paradoxalement, les économistes de bonne facture affirment tout de go, que la Guinée est riche, mais les Guinéens sont pauvres. Un constat sévère qui interpelle tous les acteurs publics comme privés de la scène politique, toutes obédiences confondues. Ne dit-on pas que gouverner c’est prévoir ?

Le pouvoir a une lourde responsabilité dans cet état de fait. Le bilan de dix ans de gouvernance, que le peuple exige dés aujourd’hui, ne devait pas être un rapport de complaisance. Le peuple de Guinée, exige de ses gouvernants plus de transparence et de vérité, dans ses choix et dans ses décisions. Le constat qu’il nous a été donné d’observer, est que le pouvoir continue de distraire la grande masse analphabète de nos compatriotes par des slogans d’un autre âge. La vie politique ne satisfait personne, aucun de ces acteurs ne donne le bon exemple de gouvernance, dans la conduite des affaires de l’Etat. Le favoritisme et le népotisme ont pris des proportions insoupçonnables et dommageables pour l’avenir du pays. Les hommes politiques ont ici aussi une large part de responsabilités.

Nous revenons sur les réalités des infrastructures sans lesquelles, aucun pouvoir ne peut prétendre avoir un bilan positif dans son exercice. Dans le domaine des routes, des constats terrifiants que nous observons depuis ces dernières années. Un exemple édifiant, qui laisse à réfléchir. Il nous a été donné d’assister à quatre poses de première pierre pour le même tronçon de route, longue à peine de 70 kilomètres, entre Coyah et Pamelap. Des cérémonies qui ont mobilisées à l’occasion toutes les couches sociales des différentes localités traversées. En cette fin d’année, 2019 la situation de cette route stratégique qui nous relie à la Sierra-Léone, est devenue une honte nationale ! Des exemples de ce genre foisonnent et cela n’est pas à l’honneur de la classe dirigeante.

Sur le plan politique, nous constatons là aussi un manque de volonté d’aller de l’avant de la classe dirigeante, de ‘’négligence coupable’’. Les élections municipales de l’année ……2018 sont inachevées jusqu’à ce jour. Les consultations législatives programmées dans un premier temps courant ont subi des reports qui n’augurent nullement de l’atmosphère de quiétude, au début de l’an 2020. Brusquement, l’opposition politique se braque et déclare que la C.E.N.I. n’est plus représentative et indépendante et boycottera et usera de tous les moyens légaux pour empêcher l’organisation des élections législatives de Février 2020.  En ce début d’année 2020, tous les clignotants risquent de virer au rouge, tant les futurs enjeux sont prégnants. Les consultations pour un référendum actant une nouvelle Constitution, l’élection présidentielle de 2020, ponctuant les deux mandats d’Alpha CONDE.

A l’aube de cette année 2020, que nombre de Guinéens redoutent, il nous a été donné de constater que l’espoir est permis. Une Organisation Non Gouvernementale est née dans un véritable sursaut de ‘’vrais gens’’, d’hommes de bonne volonté et de patriotes, qui sont décidés à ‘’Vivre Ensemble’’. Oui cette O.N.G., nouveau membre de la Société civile, se nomme, tout simplement ‘’Association du Vivre Ensemble’’, elle regroupe les Guinéens de tous bords, de toutes obédiences et de couleurs. Laisser le champ politique aux professionnels dans leur genre et s’occuper de tout ce qui peut aider à une vie débarrassée de la haine, de l’ethnocentrisme et de tous les maux qui rongent les sociétés guinéennes.

Adieu 2019 ! Vive 2020 !

Samba TOURE     

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.