Take a fresh look at your lifestyle.

Entrée Kaloum : des œuvres artistiques des figures africaines profanées

7

Le graffiti de Sékou Touré et le monument de Nelson Mandela situé au pont 8 Novembre à la rentrée de Kaloum a été profané par des inconnus. Un acte, que déplorent des citoyens qui invoquent le manque de civisme de la part de certaines personnes. Mais toutefois, ils appellent aux respect des représentations des figures, qui ont marqué l’Afrique et la Guinée en particulier.

Sur la stèle érigée Nelson Mandela ainsi que le graffiti de Sékou Touré, une peinture rouge foncée y a été ajoutée aux yeux et au nez signe de sang qui coule.  A voir de loin, ça donne l’impression de quelqu’un qui pleure où qui boit du sang. Héros pour certains, tyran pour d’autres, 36 ans après sa mort Sékou Touré continue de diviser. Aujourd’hui c’est une image de Sékou Touré complètement défigurée qui apparaît entre Thomas Sankara et Kwamé NKourouma, deux leaders panafricains. « Ces Graffitis en tant qu’oeuvre, c’est remarquable et je l’ai apprécié. Mais l’acte de sabotage, qui s’en suit est vraiment déplorable, ça montre une fois encore de plus l’incivisme des guinéens. J’appelle tout un chacun à des retenus face à ce genre attitude » a déploré Abdoulaye Soumah, citoyen.

Des œuvres artistiques, qui ont été appréciée par des citoyens, qui n’ont pas manqué de fustiger le comportement des auteurs de cet actes, qu’ils qualifient de sabotage. « D’abord en voyant ces statues, c’est vraiment attractif. Donc, ce n’est pas normal que les gens se mettent à salir avec une autre peinture. C’est une façon de saboter les œuvres, qui sont pour nous des fiertés » a laissé entendre Jules Lamah, citoyen.

Dans la même logique, des admirateurs n’approuvent pas l’idée de voir détruit  ces monuments, qui selon eux, contribuent à l’embellissent notamment de la ville.  « C’est des monuments, qu’il faudrait protéger et cela même si l’on n’a pas les mêmes idées partagée par rapport au concepteur de l’oeuvre » a conseiller, Jules Lamah, citoyen.

A rappeler, que l’emplacement de ce graffiti a fait l’objet d’une vive polémique, ces derniers temps entre les partisans du premier président de la Guinée indépendante et les victimes des événements de la première République.

Leave A Reply

Your email address will not be published.