Take a fresh look at your lifestyle.

Échec des nouvelles négociations entre le gouvernement et le SLECG

113

 

Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée convaincu de la signature du protocole d’accord en perspective avec le gouvernement n’a finalement pas obtenu gain de cause mercredi. Face à cet état de fait, l’USTG et le SLECG appellent à une grève générale illimitée. Une manière pour eux de dénoncer le manque de volonté des autorités administratives pour un dénouement de la crise de l’éducation guinéenne.

En début de matinée les enseignants se sont réunis au siège du SLECG confiant pour le dénouement de cette crise. Quelques minutes après l’intervention du secrétaire général du SLECG le ton est donné pour la marche. Ils entament alors une marche pacifique pour le palais du peuple pour une éventuelle signature du protocole d’accord. Le cortège arbore silencieusement la route, direction le palais du peuple en passant par le quartier Cameroun et le pont huit novembre. Arrivées les portes d’accès sont verrouillées. C’est par la rentrée de l’Assemblée Nationale que les enseignant ont investis l’enceinte. Alors commence une très longue attente des émissaires du gouvernement pour la signature de l’accord. De 13h à 19h personne, aucun représentant n’est venu. Du coup le ton monte dans le rang des enseignants. Mais les responsables du SLECG rassurent. Une autre attente débute, de 19h à 22h toujours rien. Le syndicat perd patience et prend des mesures. Abdoulaye Sow de l’USTG a profité de l’occasion pour appeler les travailleurs à tous les niveaux d’observer une grève générale illimitée jusqu’à la résolution de cette crise. Aboubacar Soumah du SLECG, quand à lui demande aux enseignants et aux parents d’élèves de descendre dans les rues dès ce jeudi et ce à travers tout le territoire guinéen.

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.