Take a fresh look at your lifestyle.

Lauréats du Prix Nobel de la paix 2018 : le Congolais Denis Mukwege et la Yézidie Nadia Murad

121

 

Il est gynécologue congolais Denis Mukwege, soigne les femmes violées en République démocratique du Congo, et Nadia Murad, est un ex-esclave sexuelle du groupe Etat islamique. Ses deux lauréats du prix Nobel de la paix 2018 sont récompensés pour leurs efforts à mettre fin à l’utilisation de la violence sexuelle comme arme de guerre.

C’est un prix Nobel de la paix très symbolique et très fort qu’a décerné cette année l’Académie suédoise, puisqu’il récompense deux personnes très impliquées dans la lutte contre les violences faites aux femmes en temps de guerre.

Denis Mukwege 63 ans, vient en aide depuis de nombreuses années déjà aux femmes victimes de viols. Denis a dédié sa vie à défendre des victimes de violences sexuelles en temps de guerre, notamment en République démocratique du Congo. Avec son équipe, il a « sauvé des milliers de patients victimes de tels assauts ».

Il a régulièrement condamné l’impunité des viols collectifs et « critiqué le gouvernement congolais et d’autres pays pour ne pas en faire assez pour faire cesser l’usage des violences sexuelles contre les femmes dans leur stratégie et comme arme de guerre », précise le comité Nobel. En 1999, il a notamment créé un hôpital à Panzi, en République démocratique du Congo, où plus de 50 000 femmes ont été prises en charge.

Nadia Murad quant à elle fut une esclave sexuelle de Daech. En 2014, l’organisation Etat islamique prend le contrôle d’une partie du territoire irakien et cible particulièrement la communauté yézidie, jugée comme hérétique. Les jihadistes tuent les hommes et kidnappent des milliers de femmes pour en faire des esclaves sexuelles.

Certaines femmes comme Nadia Murad, sont arrivées à sortir de l’horreur. Mais la reconstruction de ces femmes est extrêmement difficile car elles sont souvent considérées comme salies aux yeux de leur communauté. Mais Nadia est aujourd’hui ambassadrice de l’ONU pour la dignité des victimes du trafic d’êtres humains. Pour son combat, elle avait reçu le prix Sakharov en 2016.

Les Nations unies ont tout de suite salué une annonce « fantastique », qui « aidera à faire avancer le combat contre les violences sexuelles comme arme de guerre dans les conflits ».

Share Button

Leave A Reply

Your email address will not be published.