La television 21

Cour constitutionnelle : Qui de Kèlèfa Sall ou de Mohamed Lamine Bangoura est légitime ?

La crise qui s’écoue la Cour constitutionnelle guinéenne ne fait que s’enliser d’avantage. Les 8 conseillers frondeurs de cette institution républicaine ont procédé ce vendredi 28 septembre 2018 à l’élection  d’un nouveau président à la tête de la Cour constitutionnelle. Mohamed Lamine Bangoura est le nouvel élu. Le président «destitué» Kelefa SALL ne reconnait pas du tout ce vote et a réagi  à travers un communiqué ce vendredi même.  Dans son communiqué, Kèlèfa Sall a  indiqué avoir appris l’élection de Mohamed Lamine Bangoura, «dans les soi-disant fonctions de président de ladite cour », à travers la presse.

 Il signale que c’est une élection qui a été faite au mépris des dispositions des articles 100, 101 et 102 de la Constitution et des articles 02, 04 (alinéa 2), 07, 05, 10, 35, 85 et 86 de la loi organique sur l’organisation et le fonctionnement de la Cour constitutionnelle.

il a ensuite renchérie en disant ceux-ci: «Mon élection ayant satisfait à toutes les prescriptions de la Constitution et de la loi organique, je suis donc et demeure le Président de la Cour constitutionnelle de Guinée jusqu’à ce que mon empêchement définitif ou mon indignité à être membre et Président de cette Haute juridiction, chargée de veiller au respect des dispositions de notre constitution et des lois organiques, soit constaté dans les formes constitutionnelles appropriées et par la Cour Suprême, juridiction compétente désignée à cette fin ».

Cette situation ne laisse pas indifférente les hommes politiques. Interroger sur cette élection de Mohamed Lamine Bangoura, le président de l’UFR, Sidya Touré répond en ces termes : «Je ne considère pas ça comme une élection. J’estime que c’est quelque chose qui ne nous honore pas.  La Cour Constitutionnelle, c’est la voûte supérieure de toue démocratie. Il y a des comportements qu’on ne saurait avoir dans un endroit pareil.  Je suis totalement en désaccord avec de tels comportements qui n’honorent pas la Guinée. Ce n’est pas compliqué. Nous suivons tous. Tout se dira le moment venu. Je crois que ça commence à donner les idées. Nous sommes tous vigilants », a-t-il prévenu.

Cette élection  de Mohamed Lamine Bangoura à la tête de la Cour constitutionnelle, risque de d’entraver les festivités de célébration de l’an 60 de l’indépendance guinéenne et plonger même  le pays dans une autre crise qui ne dit pas son nom.

Il faut rappeler tout de même qu’une manifestation de protestation contre ces bisbilles à la Cour constitutionnelle organisée par les forces sociales en collaboration avec plusieurs partis politiques est prévue ce lundi, 01 octobre 2018.

BAH Mamadou Alpha

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.